• Accueil
  • Actualités
  • La chanteuse Nahawa Doumbia ajoute à la joie de la fête des femmes

La chanteuse Nahawa Doumbia ajoute à la joie de la fête des femmes

11 avril 2018

  • Par
  • Webmaster MFC
  • 2018

La chanteuse Nahawa Doumbia ajoute à la joie de la fête des femmes

Des femmes venues de tout le Mali se sont rassemblées dans le petit village de Bougoula pour célébrer la Journée internationale de la femme. La musique, le chant, la danse et les discours soulignent le rôle crucial des femmes dans le développement durable.

La chanteuse malienne Nahawa Doumbia a ajouté une grande dose de joie à l’ambiance festive du village de Bougoula le samedi 10 mars.

À l’occasion de la Journée internationale de la femme, Mali Folkecenter Nyetaa a remis des prix à des femmes de tout le Mali. Le prix a été décerné à la coopérative Sinsibere, située dans le village, à 60 kilomètres au sud de Bamako.

Le prix est décerné à des femmes qui ont fait preuve d’une résilience et d’une initiative extraordinaires dans leur travail quotidien pour générer des revenus pour leurs communautés touchées par le changement climatique.

La cérémonie de remise des prix a eu lieu dans le cadre de la Journée internationale de la femme le 8 mars et est une activité nouvellement créée de Mali Folkecenter qui devrait se tenir dans les années à venir. Pour 2018, 16 femmes et 4 hommes ont été nominés pour recevoir le prix.

Nahawa Doumbia s’est mise d’accord avec les organisateurs pour chanter pendant 10 à 15 minutes. Mais la chanteuse était tellement subjuguée par l’atmosphère et l’importance de l’événement qu’elle a livré une performance qui s’étendait sur pas moins de sept longues chansons – à l’admiration sincère des nombreuses femmes présentes et des gens du village.

Mme Doumbia a chanté sur la vie rurale et les difficultés et le besoin d’être résilient. Dans une chanson, elle a rappelé aux femmes et aux hommes combien il est important d’être unis”: ” Unis nous sommes forts. Divisés, nous sommes faibles”, a-t-elle chanté en bambara.

Biankoro Coulibaly se joint à la danse

Elle était accompagnée par des rythmes de xylophone et de batterie délivrés par des musiciens locaux qui ont tout donné pour épauler la célèbre chanteuse.

Les femmes dans le public ont entouré la chanteuse et ont dansé avec elle, créant une atmosphère qui a été si trépidante que les hommes de la foule se sont joints aux danseurs.

Le prix en lui-même consistait en une statuette en bois en forme d’antilope, une statuette donnée traditionnellement aux meilleurs fermiers du village, ornée d’une inscription à la base indiquant “Mali Folkecenter Nyetaa – Mars 2018”

Aminata Barry avec sa statuette

Bon nombre des 20 lauréats ont tenu des discours d’acceptation et ont exprimé leur gratitude et leur engagement à poursuivre la lutte contre le changement climatique et l’autonomisation des femmes et de leurscommunautés.

L’une d’entre elles, Balakissa Sidibé, âgée de 61 ans, a souligné que «on ne peut pas en dire assez, mais les femmes indépendantes sont une condition préalable au développement durable». Et les femmes dans les provinces ont un rôle important et important à jouer, elle a déclaré: “” La solution pour le Mali est le développement dans les zones rurales “.

Mme Sidibe, qui se trouve être née le 7 mars, la veille de la Journée de la femme, est elle-est elle-même un exemple.

Balakissa Sidibé

Elle a vécu dans les pays voisins d’Afrique de l’Ouest pendant de nombreuses années en raison du travail de son mari pour l’UNICEF, mais en 2012 elle a décidé de s’installer dans sa ville natale de Koumantou dans la région de Sikasso au lieu de prendre sa retraite à Bamako. .

Elle voulait utiliser son énergie pour développer sa communauté. Depuis, elle a contribué à autonomiser d’autres femmes et à générer des revenus grâce à un large éventail d’activités, telles que la production de beurre de karité pour l’exportation, la culture de légumes. Mme Sidibe gère également une boulangerie.

La coopérative Sinsibere, en cette journée de fête, a également reçu en tant qu’invités d’honneur le chef de village, M. Hamidou Coulibaly, et le maire de Bougoula, M. Zoumana Coulibaly. Tous deux ont prononcé des discours éloquents soulignant leur plein encouragement aux femmes du Mali et à l’initiative de Mali Folkecenter.

Le maire de Bougoula, Zoumana Coulibaly et Nahawa Doumbia

Les festivités ont été suivies de près par les jeunes et les moins jeunes qui ont été émerveillés par la voix extraordinaire et puissante de Nahawa Doumbia, la musique jouée et les tambours énergiques et les nombreux discours colorés.

Quelques heures dans l’après-midi de ce samedi chaud et ensoleillé à Bougoula la fête a pris fin. Les participants ont fait leurs valises et sont retournés dans leurs propriétés rurales à travers le Mali.

Le village est de retour à la normale – aux tâches quotidiennes et aux efforts pour générer des revenus grâce à des méthodes bien établies de culture de légumes et d’agriculture, mais aussi en testant de nouvelles manières et de nouvelles idées.

Mali Folkecenter a plusieurs nouveaux projets en cours, dans et autour de Bougoula, comme l’introduction de bananiers dans la région. Jusqu’à présent, cette expérience s’est avérée si fructueuse que plusieurs paysans de la région ont commencé à cultiver cette plante «nouvellement venue» au Mali.

(Découvrez plus sur la Coopérative Sinsibere et la remise de prix annuelle de Mali Folkecenter ici: note pour le 8mars2018_bougoula

Actualités récentes