• Accueil
  • Actualités
  • #CooAvecLaNature : pollution plastique, une dette pour les générations

#CooAvecLaNature : pollution plastique, une dette pour les générations

15 août 2023

  • Par
  • Webmaster MFC
  • 2023

#CooAvecLaNature : pollution plastique, une dette pour les générations

futures

Saviez-vous que chaque année, nous produisons près de 300 millions de tonnes de plastique, dont une grande partie n’est pas recyclée ?

Au Mali, il n’y a pas si longtemps, nos mères rentraient des courses avec leurs paniers, fabriqués à partir de matériaux naturels ou de plastique, mais toujours réutilisables. Les boissons étaient conditionnées dans des bouteilles en verre, pour lesquelles il fallait laisser une consigne ou les ramener après utilisation. Même lorsqu’on achetait des friandises ou n’importe quel autre article, ils étaient emballés dans des pages de vieux cahiers ou des journaux.

En quelques décennies seulement, notre environnement quotidien a subi une transformation radicale. Aujourd’hui, les sacs en plastique ont envahi nos rues, nos foyers et même nos esprits. Nous mangeons dans du plastique, nous emballons tout dans du plastique, nous vivons dans un monde de plastique !

Le problème avec le plastique, c’est qu’il est presque gratuit, ce qui encourage une utilisation excessive. De plus, le plastique utilisé au Mali n’est pas vraiment recyclé. Faute de système de gestion des déchets, les plastiques, comme tous les autres déchets, finissent dans nos cours d’eau, nos rues, nos maisons, nos champs.

Réduire l’utilisation

L’utilisation des sacs en plastique a un coût caché. Lorsque nous les jetons, ils ne disparaissent pas, ils ne sont pas biodégradables. Ils se dégradent lentement et se transforment en microparticules qui polluent l’eau, l’air et le sol. Les animaux, y compris les poissons et les oiseaux, peuvent les ingérer, ce qui peut entraîner leur mort.

L’usage du plastique est pratique et peu coûteux, mais son impact sur l’environnement et la santé humaine est loin d’être négligeable.

Diverses études ont montré que les sacs en plastique contribuent à la pollution de nos villes, envahissent nos terres agricoles, empoisonnent nos animaux et perturbent gravement nos cours d’eau. De plus, des recherches récentes ont révélé qu’ils peuvent libérer des produits chimiques toxiques lorsqu’ils sont exposés à la chaleur ou à la lumière, ce qui peut être dangereux si nous consommons des aliments emballés dans ces sacs.

Malgré les lois et réglementations visant à interdire leur usage, nous semblons incapables de nous en débarrasser. Comment pouvons-nous réduire l’utilisation des sacs en plastique au Mali ? C’est un défi complexe, mais il existe des solutions potentielles.

Le temps de l’action

L’utilisation des sacs en plastique est une question de commodité et de coût. Ils sont omniprésents parce qu’ils sont bon marché, voire gratuits dans certains cas. Pour inverser cette tendance, il ne suffit pas d’interdire leur utilisation comme c’est le cas au Mali. Il est également nécessaire de rendre les alternatives plus attrayantes, comme les paniers, les sacs en tissu, la réutilisation et le recyclage des sacs en plastique. Notre gouvernement doit également envisager de taxer les produits en plastique.

Nous devons aussi éduquer la population et aménager nos rues pour que des poubelles soient disponibles partout. Un environnement propre avec des poubelles incite les gens à mieux gérer leurs déchets.

Nous devons repenser notre relation avec le plastique et comprendre que notre santé et notre environnement sont des biens précieux. Le coût caché des sacs en plastique représente une dette que nous laissons à nos enfants. C’est pourquoi, il est temps d’agir. Nous pouvons commencer par réduire notre utilisation personnelle de sacs en plastique et soutenir les politiques qui favorisent des alternatives durables. Ensemble, nous pouvons faire la différence.

Cet article a été précédemment publié sur Benbere

Actualités récentes