MFC Banniere
Newsletter No. 5, janvier 2008
Editorial
:: Par: Benoît Rivard

A la recherche de souffle d'inspiration pour cet éditorial, je me suis aventuré dans les archives des newsletters de MFC Nyetaa (Mali-Folkecenter). Il était évident qu'un thème universel motivait chacun d'entre eux. MFC Nyetaa prend des pas vers l'avant, élargit ses horizons, fonce devant. Toutes ces expressions sont qualifiées par un mot en Bambara : Nyetaa. En fait, cette idée se retrouve dans toutes activités de MFC Nyetaa. Peu importe si c'est les 5 heures d'électricité fournit aux villageois de Garalo (plutôt que 3 heures), ou les femmes de Sinsibere qui lancent une coopérative pour vendre leurs produits locaux, on vise le progrès.

La fin de l'année 2007 nous oblige naturellement à réfléchir aux adversités et aux succès de l'année. Les articles ci-dessous nous donne une opportunité pour en réfléchir.

Le projet Garalo Bagani Yelen passe du rève à la réalité en 2007 et les villageois de Garalo vont bientôt vendre leurs récoltes de pourghère à la coopérative comme activité génératrice de revenu.

Un guide d'évaluation des impacts des interventions énergétiques sur le développement, par l'entremise du projet Développement et Energie en Afrique, a été disséminé en Tanzanie aux différents acteurs.

Quant au projet Sinsibere, les femmes dans un village, ainsi que plusieurs dans les villages avoisinants, ont réussi à entièrement arrêter la coupe de bois grâce à la formation et collaboration avec MFC Nyetaa.

Le lancement du premier Forum national de l'environnement au Mali, avec la participation de plus que 700 représentants de 5 régions, a été qualifié comme étant un grand succès. Le deuxième Forum, aussi organisé par MFC Nyetaa, aura lieu du 29 au 31 janvier, 2008.

MFC Nyetaa redéfinie son orientation pour produire une nouvelle vision à trois éléments clés : développement économique local, bonne gouvernance et renforcement des capacités. Le développement économique local est essentiel afin de créer de nouvelles activités génératrices de revenu moins sensibles aux marchés mondiaux pour les populations rurales. Ces activités doivent êtres gérés à partir d'un système de comptes et donc, de bonne gouvernance. Ceci renforcera les capacités - par exemple, dans l'auto-développement d'une coopérative - et permettra un développement durable.

De la part de toute l'équipe de MFC Nyetaa, je vous souhaite mes meilleurs vœux pour le nouvel an. Que cette année soit définie par un mot : Nyetaa.

L'Equipe MFC Nyetaa
Sommaire

Que ce passe-t-il chez MFC ?
MFC Programmes et Activités
Electricité rurale au Mali à partir de pourghère - le rêve est devenu réel avec le projet Garalo Bagani Yelen
:: Par : Benoît Rivard et Tom Burrell

MFC Nyetaa (Mali-Folkecenter) et les villageois de Garalo ont de quoi à se vanter. Pour la première fois, l'électricité à Garalo a été générée par l'huile de palme et de pourghère, un accomplissement qui démarque le plus grand projet d'électrification rurale à base d'huile végétale pure en Afrique. La génératrice de 100 kW, parmi trois avec une capacité totale de 300 kW, fournit l'électricité pour 178 ménages et donne lumière, réfrigération et sécurité à plus que 4 700 résidents de Garalo.

"Le rêve est devenu réalité"

Environ 70% de la population malienne vit en milieu rural et seulement 4% parmi eux ont accès à l'électricité. Garalo, par contre, devient rapidement une oasis d'énergie durable ainsi qu'un rayon d'espoir pour l'avenir de ces populations. Le rêve est provenu de Mamadou Kané, un résident de Garalo qui annonça à son village qu'il leur apporterait l'électricité. "On me disait que je suis fou", partage Mamadou. "Il y a des gens qui ne croyaient pas que c'était devenu une réalité, même quand le camion est arrivé au village avec les génératrices ! Maintenant, on voit ces mêmes gens qui s'abonnent un à la fois au réseau." La réalité que représente chaque ampoule au-dessus des enfants aux études, chaque réfrigérateur dans les pharmacies locales et chaque télévision qui diffuse les actualités a réussi à convertir même les gens les plus douteux.

Un cycle clos

Une coopérative de pourghère, comprenant 30 villages d'agriculteurs avec intérêt à cultiver la plante, a récemment été organisée dans la Commune de Garalo. Ces agriculteurs ont réussi à planter plus de 450 hectares pour la saison des pluies 2007. La majorité parmi eux ont réparti le pourghère parmi leurs semences d'haricots, de sésame, d'arachide et de coton.

Le pourghère, en réalité, produit trois fruits de revenus pour les membres de la coopérative puisque, en premier lieu, ces derniers vendent leurs graines de pourghère à la coopérative. Ils recevront aussi une partie des bénéfices lorsque l'huile pressée est vendue à ACCESS et autres clients et finalement, on vend les copeaux (résidus du pressage) comme engrais biologique aux agriculteurs locaux.

Un litre d'espoir

Les premiers essais ont utilisé 20 litres d'huile de palme pendant 3 heures et ensuite l'huile de pourghère (10 litres) a duré pendant une heure. Les groupes génératrices, installées par une entreprise néerlandais, ont fourni l'électricité pendant 5 heures aux résidents de Garalo - et 2 heures le lendemain - entièrement à partir de bio-carburant.

Des bénéfices à haut voltage

Le village de Garalo ne vit plus dans l'obscurité. "Avant la venue du courant, dit Djénébou Doumbia, résidente de Garalo. "Il était dangereux d'être à l'extérieur la nuit, surtout pour les enfants. La lumière nous protège maintenant des reptiles crépuscules dangereux comme les serpents et les scorpions". Les tailleurs et les charpentiers travaillent maintenant aussi sous la lumière en soirée. Les propriétaires de restaurants et de boutiques font comme eux aussi. Tounkara, technicien de la centrale électrique à Garalo, raconte que les bénéfices découlent aussi directement aux enfants. "Les enfants viennent parfois me dire que, ce soir, j'ai coupé le courant trop tôt puisqu'ils n'avaient terminés leurs exercices pour le lendemain".


L'horizon illuminé

"Un homme qui marche vers l'avant doit toujours anticiper", explique Ibrahim Togola, Directeur de MFC Nyetaa. "Il doit même oublier le présent pour se concentrer sur les défis qui vont se présenter dans le futur". Garalo, où on vise à brancher 650 ménages et 10 000 personnes, n'est que le premier pas vers l'avant puisqu'on commence déjà à reproduire le modèle de Garalo à Zantiébougou et Manakoro.

Garalo Bagani Yelen, en Bambara, signifie "Garalo Pourghère Lumière". Dans le futur, ces trois mots marqueront les premiers pas de la prolifération d'oasis d'énergie durable afin de combler les besoins du peuple Malien.


Mamadou Kané, résident de Garalo, examine une jeune plante de pourghère avec Konaté, un agent de MFC Nyetaa (haut).

[ haut de page ]
---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Développement et Energie en Afrique
:: Par: Pierre Demebele

Dans le cadre de sa recherche sur les systèmes énergétiques au Mali, le MFC Nyetaa, en collaboration avec le centre Risoe du Danemark, le Centre Néerlandais d'Energie, et cinq centres africains (Botswana : EECG, Ghana : KITE, Sénégal : ENDA-Energie, Tanzanie : TaTEDO, Zambie : CEEEZ) a développé un guide d'évaluation des impacts des interventions énergétiques sur le développement. Ce guide a été développé dans le cadre d'un projet dénommé 'Développement et Energie en Afrique' (DEA) et co-financé par la Commission Européenne dans le cadre de son programme COOPENER et les Gouvernements Danois et Hollandais à travers respectivement l'UNEP Risoe Centre et le Centre Néerlandais pour l'analyse des Systèmes Energétiques (ECN). Le projet a démarré en Mai 2005 pour une durée de 30 mois.

Au cours de l'élaboration du guide d'évaluation,plusieurs activités ont été réalisées par le MFC Nyetaa. Il s'agit entre autres de:

- L'élaboration d'un catalogue des interventions dans le domaine de l'énergie au Mali. Ce catalogue comprend dix (10) projets ayant pris fin entre 1999 et 2005. Ces projets sont en général des projets de protection de l'environnement à travers la diffusion d'équipements économisant l'énergie et de substitut au bois et charbon de bois. Ce sont aussi des projets d'utilisation des systèmes d'énergie renouvelable pour le pompage d'eau, la réfrigération, la cuisine et l'électrification du monde rural pour la satisfaction de ses besoins essentiels. Le but de cette activité était d'identifier les liens effectifs entre l'amélioration de l'accès à l'énergie et la réduction de la pauvreté.

- L'élaboration du guide a aussi consisté en l'organisation le 12 Octobre 2005 d'un atelier de consultations avec les principaux acteurs du secteur de l'énergie. Des concertations individuelles ont été aussi menées qui avaient pour objectif de prendre en compte les besoins des acteurs en matière de suivi évaluation de projets.

- Un guide d'évaluation préliminaire a été développé et testé à travers une étude de cas qui s'est portée sur le projet 'Femmes : Energies Nouvelles et Renouvelables' (FENER) mis en œuvre au Mali pour la promotion des équipements solaires. Le guide préliminaire a permis d'analyser les liens de cause à effet et de définir les indicateurs d'évaluation à travers la chaîne de causalité. L'étude de cas a permis de vérifier les impacts du FENR avec les bénéficiaires. Les résultats de l'étude de cas ont été présentés aux acteurs lors d'un atelier tenu le 31 Octobre 2006.

- Enfin, le guide a été parachevé lors de la réunion des partenaires du DEA tenue du 13 au 16 Février 2007 au Mali. Des stratégies pour disséminer le guide ont été aussi élaborées. Cette dissémination a eu lieu à travers l'organisation d'un atelier régional à Arusha en Tanzanie du 16 au 18 Octobre 2007. Trois représentants du Mali ont pris part à cet atelier. Un atelier national a été également organiséle 1er Novembre 2007 pour présenter le guide d'évaluation final aux différents acteurs. Cette activité a marqué la fin du projet DEA. Le défi reste maintenant une large adoption du guide développé par les acteurs pour le suivi et l'évaluation des différentes interventions énergétiques afin de renseigner les indicateurs de leurs contributions au développement et la réduction de la pauvreté.

Le groupe de partenaires de DEA se rencontrent au siège de MFC Nyetaa à Bamako (droite).

Pour plus d'information veuillez consulter le site web du DEA (www.deafrica.net).

[ haut de page ]

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Un pas vers l'avant pour Sinsibere: la coopérative de femmes est en marche
:: Par: Johanna Togola

Depuis 2001, MFC Nyetaa travaille en coopération avec l'ONG Finnoise Dodo dans le contexte du projet "Sinsibere". Ce projet assiste les femmes de communautés rurales dans la création d'activités génératrices de revenu afin de décourager la coupe de bois. Les résultats à présent ont été très positifs et en janvier 2007, le Ministère des affaires étrangères de la Finlande a décidé de donner une contribution pour trois années additionnelles au projet. Dans cette nouvelle étape, le but sera de soutenir les femmes dans la conception d'une coopérative. Les activités principales de la coopérative seront la production de produits forestiers et la vente de produits de jardinage.

La structure de la coopérative a été établie pendant les premières phases du projet Sinsibere de 2001 à 2006. Pendant cette période, les résultats du projet ont été remarquables, surtout dans les domaines de l'organisation des femmes et le renforcement des capacités en termes d'alphabétisation et d'activités génératrices de revenu. Les femmes dans un village, ainsi que plusieurs dans les villages avoisinants, ont réussi à entièrement arrêter la coupe de bois.

Les activités génératrices de revenus comme la fabrication du savon, le jardinage et les petits commerces sont supportés par des services de micro-crédit et épargnes. Les 600 femmes qui ont participé dans le projet ont économisé plus que 7 000 euros à leur compte en payant une cotisation mensuelle avec 10% d'intérêt pour les micro-prêts. Cet accomplissement donne une grande autonomie aux femmes, ce qui leur permet d'obtenir de la confiance en soi et le sentiment de pouvoir changer les choses dans leur vie ; ce sont des éléments essentiels dans la lutte contre la pauvreté.

Le centre de la coopérative sera situé à Bougoula, un des centres communaux du projet. La construction du centre a déjà commencé au printemps 2007 et continuera lors de la saison sèche. Le 12 novembre 2007, la sélection du conseil d'administration de la coopérative a été organisée et c'est en décembre que la coopérative obtient son statut officiel.

Pour l'avenir, le projet vise à ce que les femmes réussissent à gérer la coopérative de façon indépendante. Bientôt, elles pourront vendre des légumes sur le marché national ainsi que ses autres produits forestiers sur les marchés nationaux et internationaux.

Les femmes de la coopérative règlent les comptes de leurs épargnes (gauche).

[ haut de page ]

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Sigida Nyetaa: Renforcement des capacités pour la protection environnementale comme base de développement
:: Par: Johanna Togola

Sigida Nyetaa, en Bambara, signifie la durabilité environnementale ainsi que le changement et le mouvement dans la bonne direction.

Depuis 2006, le MFC Nyetaa travaille avec le Siemenpuu Foundation de la Finlande à honorer ce titre de projet en créant un programme de coopération qui vise à renforcir les capacités de gestion de ressources naturelles ainsi que la participation dans le processus de décision au niveau local, régional et national. Le programme possède trois axes : (i) le renforcement de capacités pour les peuples de villages pour la protection de l'environnement dans la région de Sikasso ; (ii) le support de micro-projets qui surviennent de ce renforcement de capacités et ; (iii) le Forum national de l'environnement annuel où les gens de chaque coin de la société participent et se débattent sur les différents enjeux environnementaux.

Le programme de renforcement des capacités, ayant fait ses débuts dans la région de Sikasso, possède maintenant environ 20 comités de l'environnement nommés "Sigida Nyetaa". Ces comités sont liés au niveau communal et dans l'avenir, on envisage un réseau de comités à l'échelle des districts.

Lors des activités de renforcement de capacités, les discussions ont abordé un nombre d'importants enjeux environnementaux. Comme résultat, les participants ont suggéré quelques idées pour les micro-projets. En 2007, un comité comprenant des représentants de différentes institutions de la région de Sikasso a sélectionné 9 micro-projets à être financé. Parmi ces projets, on retrouve : (i) l'organization de gestion des ordures par l'association des femmes du village de Niena ; (ii) la reproduction de Rotin dans les régions où la récolte intense l'a rendue pratiquement en voie de disparition et ; (iii) l'établissement de pépinières d'arbres autochtones. En 2008, le financement des micro-projets continuera à élargir son horizon dans de nouveaux domaines.

Le premier Forum national de l'environnement a eu lieu le 30 novembre et 1er décembre, 2007 et il fût un grand succès. Plus de 700 participants se sont débattus sur les thèmes de désertification, décentralisation et gestion des ressources naturelles. Ces derniers sont arrivés de 5 régions au Mali ainsi que d'autres pays africains et européens. Le forum est unique puisqu'il aide à créer une ambiance de dialogue facilité entre les peuples de villages, les administrateurs et politiciens, les ONG, les donateurs et autres participant. Les discussions ont eu lieu, en majorité, en Bambara afin de produire un débat authentique entre les villageois et les administrateurs à Bamako. Les participants ont suggéré que la durée du Forum soit plus longue cette année et donc, le deuxième Forum national de l'environnement aura lieu du 29 au 31 janvier, 2008. Les thèmes seront le changement climatique et la gestion des sols.

La prochaine newsletter en Février-Mars racontera des histoires du Forum et présentera quelques images donc ce n'est pas à manquer !


[ haut de page ]
NGO MFC Nyetaa / ONG MFC Nyetaa
Faladié SEMA - Rue 851, porte 181 - BP E4211 - Bamako - Republic of Mali
m f c @ m a l i f o l k e c e n t e r . o r g
w w w . m a l i f o l k e c e n t e r . o r g