MFC Banniere
Newsletter N°4 15/10/2007
Editorial
:: Par: Ibrahim Togola et Tom Burrell

Depuis de longue date, le MFC a coopéré avec plusieurs structures au Danemark, comme le Nordic Folkecenter, le Risoe, OVE et CASA, pour la mise en œuvre de différents projets dans la domaine des énergies renouvelables. Ces activités ont débuté en 1999, avec le démarrage du premier projet financé par l'ancien Danida NGO Windows, qui portait sur "Energie solaire intégré pour le monde rural au Mali". Ce projet, exécuté en collaboration avec le Folkecenter Nordique dans une vingtaine de villages, avait comme but la réduction de l'exode rurale et l'amélioration du cadre de santé à travers l'installation des systèmes d'énergie solaire pour le pompage d'eau potable, l'éclairage des écoles, et l'éclairage et le maintien de la chaine de froide pour les vaccins dans les centres de santé.

Avec l'ouverture de l'Ambassade du Royaume du Danemark en Décembre 2006 au Mali, cette coopération a été approfondie avec le démarrage de deux nouveaux projets innovateurs dans son approche. Basé sur le développement économique endogène, elle contribuera à appuyer le processus de développement décentralisé durable au Mali. Le premier projet s'appelle Yere Yiriwa, et renforcera la participation des populations dans le processus de la décentralisation. Le deuxième projet cible la valorisation de la plante Pourghère au Mali, pour en faire un nouveau secteur Pourghere émergeant qui puisse jouer un rôle dans le dévelopement economique au Mali.

Cette dernière parution du Newsletter de MFC Nyetaa fournira des renseignements pertinents sur ces deux projets innovants, qui porteront des bénéfices mesurables et concrètes pour la population du Mali.

L'Equipe MFC Nyetaa
Sommaire

Que ce passe-t-il chez MFC ?
MFC Programmes et Activités
Projet YERE YIRIWA - renforcement des capacités et de dialogue pour lutter contre la pauvreté en milieu rural au Mali
:: Par : Tom Burrell et Diakalia Traoré

YERE YIRIWA, en langue nationale Bambara signifie être responsable pour son propre développement et épanouissement afin d´être respecté et considéré par la société

Le focus géographique du projet est la commune rurale de Koumantou et de Garalo, dans le cercle de Bougouni de la région de Sikasso. Le projet couvrira un total de 67 villages, dont 37 à Koumantou et 30 villages à Garalo.

La stratégie du projet est de contribuer à la dynamisation du développement local à travers une participation accrue des populations et une concertation réelle et régulière entre les citoyens et leurs élus locaux. Le projet ciblera 67 villages dans les communes rurales de Koumantou et Garalo, dans le cercle de Bougouni, région de Sikasso. Les expériences du présent projet pilote seront mises au profit d´autres acteurs et intervenants, à la fois dans la région d´intervention ainsi qu´au niveau central pour servir d´outil de consolidation du processus de décentralisation et de bonne gouvernance.

Objectif de développement

L'objectif de développement est de renforcer les capacités des populations rurales dans les villages du Mali Sud afin qu´elles deviennent des acteurs opérationnels et responsables dans le processus de développement de leur localité dans le cadre de la décentralisation, ce qui conduira à la lutte contre la pauvreté

Objectifs immédiats

- Renforcer à travers des formations et activités de développement concrètes la participation des populations dans le processus de développement socioéconomique et de décentralisation au niveau villages et communes - avec un accent particulier sur l´implication des femmes et des jeunes ;

- Renforcer les capacités des villages et des communes ciblés à travailler ensemble dans un cadre de concertation et dans la mobilisation des ressources internes et externes pour des activités de développement - maintenant et dans le futur;

- Renforcer les capacités du Mali-Folkecenter afin de lui permettre d´accompagner les villages et les communes du Mali dans leur combat pour le développement et d´être plus proche de ses partenaires ruraux.

Le MFC est le principal gestionnaire du projet et assurera la coordination du projet. Le MFC est aussi responsable de l´exécution des activités du projet sur le terrain en y associant les expertises externes compétentes pour des tâches spécifiques. Le Nordic Folkecenter sera associé à la mise en oeuvre du projet et pourra être consulté dans des questions concrètes. La durée du projet est de 2.5 ans. Le projet est finance par l´Ambassade du Royaume du Danemark au Mali.

Un bureau antenne de MFC Nyetaa a été ouvert à Bougouni pour être en proximité de la zone d´intervention de Yèrè Yiriwa (communes de Koumantou et de Garalo). De février à août l´équipe de Yèrè Yiriwa a réalisé des activités dans les 67 villages des communes de Koumantou et de Garalo avec l´implication effective des villages, des autorités communales, des représentants de l´administration et des différents acteurs de développement intervenant dans les villages. L´approche participative du projet est un élément fortement apprécié par les autorités communales et les populations.

Dans chaque un des 67 villages, une animatrice et un animateur ont été élus par la population. Les animateurs villageois ont un rôle clé dans le projet, pour l´atteinte des objectifs de Yèrè Yiriwa. Les animateurs ont été formé sur la mobilisation/ participation des populations dans le contexte de la décentralisation et sur le diagnostic des potentialités économiques.

.

Formation théorique en salle de classe avec pleine participation des animatrices choisies par leurs communautés (gauche). Formation sur l´utilisation des transepts pour l´analyse des ressources naturelles locales (droite).

.

Formation pratique en dehors la salle de classe (gauche). Une animatrice explique comment faire un transept (droite).

Après la formation un chronogramme participatif a été élaboré par les formateurs, les apprenants, la mairie et l´équipe du projet. Les animateurs de retour dans leurs villages respectifs ont procédé à l´identification des difficultés et des potentialités économiques de leur propre village. La prochaine étape de terrain va se focaliser sur les rencontres sectorielles (entres les villages dans chaque secteur ou zone géographique de la commune) pour identifier les pistes de regroupement des villages autour des activités génératrices de revenues, initiant ainsi les bases d´un cadre de concertation des villages partageant les mêmes potentialités économiques.

Un cadre de dialogue entre les autorités communales et les populations a été mise en place en collaboration avec le Conseil de Cercle des Collectivités. Ceci est un gage de participation des populations au développement de la commune. Cette nouvelle plate-forme offre une possibilité aux uns et aux autres de pouvoir mieux comprendre l´autre et de se mettre autour d´une table pour échanger sur les questions préoccupantes de la commune.

Ainsi, les premières rencontres ont eu lieu dans les mairies des deux communes avec la participation des maires, des Sous-préfets, des chefferies traditionnelles, et les représentantes des femmes et des jeunes dans les communes.

La pleine participation des populations, des femmes, des mairies, des chefs de villages, des leaders d´opinion et de groupement & association de développement est un bon signe pour la continuation du projet. Les populations ont été fortement motivées par l´aspect innovateur du projet, qu´est l´identification des activités par les bénéficiaires eux-mêmes.

La prochaine étape qu´est le regroupement sectoriel des villages, l´identification des fiches des activités, tendent vers le choix des microprojets économiques à réaliser. Ils seront suivis par les études de faisabilité pour les microprojets retenus et dont les réalisations se feront en début de l´année 2008.

Le projet s´est avance malgré des conditions parfois difficile, comme cette piste envahie par les eaux de pluie (gauche).



[ haut de page ]
---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Projet de la valorisation de la filière Pourghère au Mali
:: Par: Tom Burrell et Ousmane Ouattara

La plante de Jatropha (Pourghère)

Jatropha curcas est une plante d´origine latino-américaine qui est maintenant répandue dans toutes les régions tropicales arides et semi-arides du monde. Membre de la famille des Euphorbiacées , elle est une plante pérenne résistante à la sécheresse, qui peut vivre jusqu´à 50 ans et qui croît sur des sols pauvres. Pendant des générations, les paysans du Mali ont protégé leurs jardins avec des haies de Jatropha curcas qui n´est pas mangé par les animaux et protège ainsi les cultures vivrières comme haie vive.

Les graines de pourghère sur la plante (gauche). Une plantation de MFC Nyetaa a Tiékourabougou, Région de Koulikoro (droite).

La culture de Jatropha est en développement. Peu exigeante, cette plante peut se développer dans des régions semi-arides où il n´existe guère d´autres activités agricoles en dehors de l´élevage extensif. Elle peut donc, sans entrer en compétition avec l´agriculture destinée à l´alimentation , offrir un nouvel outil de développement.

Les graines de Pourghère sont récolte par une femme Malienne (gauche). Les graines de Pourghère: ceux qui sont vertes vient directement d´être récolté, ceux qui sont noire ont été décortiquée, et ceux qui sont blanches ont été dépilé aussi (droite).

La culture de Jatropha permet de protéger les sols de l´érosion et de retenir l´eau, aidant ainsi à lutter contre la désertification. Les produits du Jatropha, principalement son huile, peuvent offrir une source d´augmentation de l´emploi pour ces régions.

Les "haies vivants" au Mali protégent contre les animaux, et réduisent l´érosion due au vent et aux eaux de pluie. L´entrée des plantes dans le sol crée une voie pour la pénétration d´eau après les pluies, donc l´absorption d´eau est améliorée (gauche).

L´huile peut être une source d´énergie renouvelable (huile végétale carburant), elle peut aussi être appréhendée comme énergie dans une optique commerciale via la production de biodiesel, et de ce fait aider les pays concernés à diminuer leur dépendance vis à vis du pétrole de plus en plus cher, et dans le même temps être un déclencheur économique vecteur d´emplois et de croissance.

Utilisation du pourghère au Mali
Le Mali est l´un des pays les plus pauvres de la planète, par conséquent le défi qui se présente à lui en ce début de nouveau millénaire est de combattre cet état de pauvreté, ainsi que de développer son économie. Largement tributaire du secteur primaire, l´économie malienne a été encore plus affaiblie par la crise du coton en 2000 ; à cela s´ajoute la hausse incessante du cours des hydrocarbures qui pèse fortement sur l´économie.

Il est donc capitale pour le Mali de réfléchir à de nouvelles perspectives économiques et sociales afin d´aider l´économie malienne a surmonter certains de ses retards économiques. Dans ce contexte, le Pourghère est pertinente, car le développement de la filière peut parfaitement s´inscrire dans un processus de croissance pour le Mali.

L´extraction de l´huile de pourghère n´est pas une découverte pour le Mali qui dispose déjà d´une certaine expérience dans ce domaine depuis les années 1980. De plus, son utilisation à des fins énergétiques a déjà été démontrée au Mali. En effet, diverses expériences ont été entreprises dans ce domaine, notamment pour alimenter de petits moteurs entre 10 et 35 KW (par exemple pour le fonctionnement des moulins à céréales ou à karité).

Cliquer l'image à droite pour voir le schéma interactif d'un platforme multifonctionnelle à l'huile de Pourghère.

Un intérêt majeur pour la mise en œuvre de ce projet, à savoir le développement de la filière pourghère à des fins énergétiques, serait la fonction de substitution par rapport aux hydrocarbures importés.

Ces hydrocarbures, dont le prix ne cesse d´augmenter, constituent une charge économique colossale pour le Mali. L´allégement de ce fardeau constituerait un facteur très intéressant ainsi qu´un marche pied dans le processus de croissance économique. En effet, le développement de cette filière au Mali pourrait contribuer à abaisser les dépenses en hydrocarbures, mais aussi à la création de richesses et d´emplois. Il serait toutefois risqué de se lancer dans une telle entreprise sans une connaissance approfondie du contexte et une appréhension méthodologique du cadre logique à entreprendre.

Le développement de l´utilisation de pourghère au Mali présente plusieurs possibilités et avantages :

- Développement d´une source locale d´énergie renouvelable pour alléger le fardeau que constitue la facture des hydrocarbures importés, et contribuer dans le même temps à la réduction de CO2.

- Développement d´un système commercial d´approvisionnement et d´utilisation de l´huile de pourghère qui peut créer des possibilités de l´emploi dans les villages et des petites villes.

- Créer des emplois dans le secteur agricole (tout en mettant l´accent sur l´emploi des jeunes et des femmes), cela pour contribuer à la réduction de la pauvreté.

La plante pourghère est bien connue et largement utilisée au Mali pour plusieurs usages traditionnels. La faisabilité technique de l´utilisation de l´huile de pourghère à des fins énergétiques est bien démontrée d´un point de vue pratique. Cependant il apparaît qu´à ce jour la documentation détaillée des expériences fait encore défaut. La faisabilité économique et financière de l´utilisation de l´huile est superficielle et la documentation est peu disponible. En plus, les aspects socioculturels de l´utilisation du pourghère ne sont pas suffisamment clairs.

L´information sur les options d´utilisation du pourghère à des fins énergétiques ayant été largement diffusée durant ces dernières années, aujourd´hui il y a une attention particulière des autorités politiques et du gouvernement. Cette attention dépasse souvent le niveau de la documentation disponible sur la faisabilité économique et financière de la filière.

Pour toutes ces raisons, il a été juge important de lancer ce projet de développement de la filière pourghère au Mali, pour permettre le secteur d´avancer et se professionnaliser, pour permettre toutes les bénéfices potentiel (économiques, sociaux et environnementales) de se réaliser au Mali.

Objectif de développement du projet
Des sources locales d´énergies renouvelables existent et sont largement utilisées; elles contribuent à l´allègement de la facture des hydrocarbures importés et en même temps, elles contribuent à la réduction de la pauvreté par une création de richesses et d´emplois, ainsi qu´à la réduction d´émission de CO2.

Objectif immédiat
Les objectifs immédiats sont de:

- Renforcer les informations disponibles, et leur fiabilité, sur la filière pourghère à travers la réalisation d´analyses financières, économiques et socio-culturelles, prenant en compte à tous les niveaux l´égalité des sexes et assurer une diffusion large en place une stratégie de communication et de diffusion de ces informations.

- Augmenter la production et la productivité de pourghère et renforcer les connaissances concrètes sur sa culture et son exploitation

- Faciliter un début de professionnalisation des acteurs de la filière pourghère et favoriser l´émergence d´un marché national pour l´huile de pourghère.

- Elaborer une stratégie nationale de développement de biocarburant durable.

Les acteurs et leurs rôles dans le projet
Le Bénéficiaire est le Gouvernement du Mali, représenté par le Ministère des Affaires Etrangères et de la Coopération Internationale. Le Bénéficiaire Technique est le Ministère des Mines, de l´Energie et de l´Eau, représenté par la Direction Nationale de l´Energie (DNE).

La DNE chargera le Centre National d´Energie Solaire et des Energies Renouvelable (CNESOLER) de la coordination et de l´administration du dit projet. Le CNESOLER sera responsable de l´élaboration de la stratégie nationale de développement de biocarburant prévue dans le projet.

Dans la mise en œuvre du projet, la DNE et le CNESOLER associeront le MFC Nyetaa et d´autres compétences techniques externes pour l´exécution des travaux.

MFC Nyetaa, en tant que ONG nationale spécialisé dans la gestion durable des ressources naturelles et l´utilisation de ces ressources pour la satisfaction des besoins énergétiques des populations afin de stimuler les économies locales, est l´une des ONG africaines les plus avancées dans le développement et la promotion des biocarburants. Le MFC Nyetaa sera charge de certains activites comme les etudes, la diffusion des informations sur le pourghère et les biocarburants, des activités de plantation de pourghère et la commercialisation et professionnalisation de la filière pourghère, pour atteindre les résultats du projet.

L´Institut d´Economie Rural (IER), Programme Ressources Forestières Soutuba sera chargé des activités de recherche action sur la production de différentes variétés de pourghère et du processus de sélection des semences, et de la développement des techniques efficaces de collecte et de stockage des graines de pourghère. L´Institut Polytechnique Rural de Katibougou (IPR) sera chargé des activités de valorisation des sous produits de la plante pourghère.

Mobilisation d´expertise internationale
Dans le cadre de ce projet, une première mission a été entreprise au Danemark pour rencontrer les spécialistes dans le domaine de l´utilisation des Huiles Végétales Pures (HVP). Au Danemark l´huile végétale pure utilisée provient principalement des graines de colza.

Redynamisation du réseau Pourghère comme un organe consultatif
Cette activité maîtresse dans le système du projet a été réfléchie de la manière suivante : d´abord les consultations pour mettre en place un task force qui aura en charge la réflexion sur le mode de fonctionnement du réseau et de sa composition. Dans cette prospective des personnes ressources et des représentants des services de tutelle, de la société civile, du secteur privé et de la recherche ont été identifiés. Ce task force aura en charge le pilotage et l´animation des groupes thématiques qui seront constitués la capitalisation des actions en cour au mali et la définition de proposition de stratégie pour la promotion des biocarburants au Mali. Le task force a fait une proposition de membre désireuse d´adhérer au réseau.

Pour ce qui est du réseau Pourghère il a été mis en place depuis 2002 et sa composition est revue et de nouveaux intervenants ont été ajoutés pour la redynamiser et en faire un véritable outil de plaidoyer à l´endroit des organes de décisions de l´état afin que les dispositions de durabilités puissent être prises pour les biocarburants au Mali.

[ haut de page ]
NGO MFC Nyetaa / ONG MFC Nyetaa
Faladié SEMA - Rue 851, porte 181 - BP E4211 - Bamako - Republic of Mali
m f c @ m a l i f o l k e c e n t e r . o r g
w w w . m a l i f o l k e c e n t e r . o r g